"PROTECTION ET RECUPERATION DE LA ZONE HUMIDE DE SIJOUMI"

L’association Altea-Europa et l’association tunisienne Comité des Habitants d’El Mourouj 2, ont travaillé en 2005/2006, sur un projet d’éducation environnementale, avec le soutien financier du département de Coopération Internationale de l’Université d’Alicante.

Les quartiers du Sud de Tunis sont surpeuplés en comparaison avec le reste de la capitale. Il s’agit principalement de quartiers populaires, où les problèmes de pollution sont fréquents et ont un impact direct sur la qualité de vie des habitants. Ces quartiers sont situés autour d’un grand lac, « Sijoumi », qui s’étend sur une surface de 30 km2. Ce lac est très fréquenté par des oiseaux migrateurs et constitue une composante essentielle de l’écosystème de Tunis Sud et de son équilibre écologique.

Les 500.000 habitants qui vivent autour du lac participent sans le savoir à la pollution de ce milieu naturel et mette en péril son équilibre écologique. La zone humide fait l’objet de différents types de pollutions, liquides (eaux usées et déchets industriels) et solides (décharges sauvages). Cette situation a donné lieu à une détérioration de la qualité de vie sur la zone. Pour y remédier, un projet pédagogique environnemental, adapté à la zone humide de Sijoumi, a été mis en route. Il s’adresse aux enseignants, animateurs socioculturels, élèves des écoles, collèges et lycées, et jeunes actifs impliqués dans les questions environnementales, qui constituent une cible de base pour la diffusion de bonnes pratiques en matière d’écologie.

Afin de mener à bien ce projet, l’Association Altea-Europa en tant que promoteur et l’Association des Habitants de « El Mourouj » en tant que partenaire, ont présenté une demande de subvention auprès de l’Université d’Alicante, dans le cadre des budget d’aide prévu en matière de Coopération Internationale.

Situation géographique: Quartiers environnants le Sud de Tunis.

Bénéficiaires: Enfants et jeunes des collèges et lycées, éducateurs, animateurs socioculturels. Est impliqué par ailleurs l’ensemble de la population qui vit aux alentours de la zone humide de Sijoumi, soit approximativement 500.000 habitants.

Objectifs:
  • Sensibiliser la population à la protection de la nature et de l’environnement, afin d’améliorer la qualité de vie des habitants.
  • Réaliser des ateliers de formation pour les formateurs, les animateurs socioculturels et les élèves.
  • Mener des études de besoins pour mettre en route un observatoire écologique : « Centre d’Interprétation de la Nature ».
Impact à court terme:
  • Sensibilisation de la population en matière de protection environnementale : Conservation et usage rationnel des zones humides.
  • Sensibilisation des autorités à travers l’établissement de directrices orientées par le critère de la durabilité.
Impact à moyen et long termes:
  • Amélioration de la qualité de vie des habitants des quartiers sud de Tunis.
  • Rétablissement de l’équilibre écologique dans la région de Sijoumi.
  • Développement durable des quartiers environnants la ville de Tunis.

RESULTATS OBTENUS
Matériels de Formation:
  • Supports pédagogiques : Edition d’un Guide composé de 6 cahiers et de matériels pédagogiques (cartes, dés, CD ROM) en versions arabe et française, qui ont été distribués aux participants de la formation.
  • Acquisition de matériels de formation : achat d’un ordinateur portable et d’un projecteur.
Réalisation d’Ateliers:
Un groupe pilote a été constitué pour la réalisation du programme. Une fiche de candidature a été distribuée dans les établissements impliqués et une sélection de personnes clefs a été effectuée. Le groupe sélectionné se composait de :
  • 34 animateurs.
  • 21 enseignants (maîtres, professeurs).
  • 01 journaliste.
  • 33 élèves de lycée.
Déroulement des ateliers de formation:
Au total, 6 ateliers de formation ont été réalisés en salle et sur le terrain, comme prévu dans les différents manuels de formation :
  • L’écologie en général (cohabiter et survivre).
  • Les oiseaux de Sijoumi (La domination du flamand).
  • La flore et la pollution à Sijoumi (Un Sijoumi vert est-il possible ?)
  • Les chaînes alimentaires (Rien ne se perd rien ne se crée, tout se transforme).
  • Le cycle de l’eau (de l’eau et du sel).
  • Stopper la dégradation de l’écosystème de Sijoumi (Quel est le futur de Sijoumi ?)


© Altea-España Altea-Europa 2010. Tous droits réservés | Design Web et programmation:realpixel.es